Escapades nippones

Quartier des samouraïs de Kakunodate

Maison dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Après mes aventures à Hirosaki qui se sont terminées avec le Fujita Memorial Garden, partons pour notre seconde destination du Tōhoku ! Je vous emmène visiter le quartier des samouraïs de Kakunodate, aussi appelée « petite Kyoto », à l’occasion du festival des cerisiers. Après une bonne nuit passée au Royal Odate à Odate, j’ai pris le train local direction Takanosu afin de prendre une correspondance pour Kakunodate. Un trajet assez long mais dont l’objectif était bien entendu de faire des économies, le Shinkansen étant réputé pour trouer le porte-monnaie…

C’est une décision que je ne regrette d’ailleurs absolument pas ! En effet, la ligne de train Akita Nairiku Jukan que j’ai prise est très connue dans la région pour faire voir aux voyageurs de somptueux spots à sakura. D’autant plus que c’est l’occasion d’admirer les paysages de la campagne japonaise au cœur des montagnes. La neige était même encore de la partie dans certains villages en pleine fin d’avril !

Et c’est finalement après trois heures dans la cambrousse que j’arrive enfin à destination…

Panneau de la ville de Kakunodate

Découverte de Kakunodate : la petite Kyoto

Je suis très heureuse d’entamer la seconde journée de mon weekend cerisiers japonais dans une toute nouvelle ville. Kakunodate m’avait tapée dans l’œil lors de mes recherches avec  son quartier des samouraïs et la rivière Hinokinai qui la traverse. Située dans la partie nord de la plaine de Senboku, elle est bordée par les rivières Tamagawa et Hinokinai et entourée par les montagnes. C’est la famille Ashina qui la fonde en 1620 et qui la divise en deux avec au nord les résidences des samouraïs et au sud le quartier des marchands. Et à peine arrivée, je sens déjà que le festival n’est pas bien loin avec les petites échoppes et le monde sorti pour profiter de cette journée.

Ville de Kakunodate pour le festival des cerisiers japonais

Direction le quartier des samouraïs de Kakunodate par lequel je commence ma visite ! Je dois remonter une longue rue avant d’y arriver, me laissant le loisir d’admirer l’architecture typique de la ville.

Maison dans la ville de Kakunodate

A l’occasion du festival des cerisiers, la ville a barré une route afin de permettre aux passants de circuler plus librement. A gauche, vous avez un aperçu d’une très longue rangée de cerisiers près de la rivière Hinokinai qui fera l’objet d’un prochain article. Et comme à l’accoutumée, les pétales volent dans le ciel et s’éparpillent un peu partout. Ici, la route qui mène au quartier des samouraïs en est jonchée !

Route barrée pour le festival des cerisiers à Kakunodate

Une dernière photo avant de filer vers les manoirs !

Cerisier japonais à Kakunodate

Quartier des samouraïs de Kakunodate : de l’ère Edo dans l’air

Après avoir suivi la grande route, je débouche sur le quartier des samouraïs. Relativement grand, c’est là que les choses vont commencer à se corser pour moi. J’ai déjà fait allusion à la chaleur et au soleil dans mes précédents articles, et c’est en partie dans ce quartier qu’il me sera fatal. Alerte rouge, coups de soleil en approche. Ben ils m’ont pas loupée, mais ça je m’en suis seulement rendue compte le lendemain matin en rentrant chez moi… En attendant, commençons notre visite de cet endroit.

Balade dans les ruelles

Malgré le monde, la promenade est ici très agréable. Les arbres et quelques cerisiers toujours en fleurs en cette fin d’avril bordent les rues. Avec la floraison précoce de cette année, j’ai été très surprise et heureuse de constater que j’allais aussi pouvoir en profiter à Kakunodate !

Rue du quartier des samouraïs de Kakunodate

Tout comme pour le Fujita Memorial Garden, les arbres aux feuilles écarlates sont présents à l’appel. Et la foule aussi !

Rue du quartier des samouraïs de Kakunodate

La plupart des personnes sont venues ici en couple, en famille ou entres amis. On peut même croiser quelques carrioles de temps à autre. Mais moi ce qui m’intéresse, ce sont les arbres ! Fleurs de cerisier blanches et feuilles oranges sont un parfait mélange (notez la rime, j’ai une âme de poète).

Arbres et cerisiers dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Arbres et cerisiers dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Plusieurs boutiques sont également présentes dans le quartier des samouraïs de Kakunodate. Vendeurs de souvenirs, de produits faits main ou encore de glaces croulent sous les clients. On y retrouve des détails sculptés avec minutie.

Boutique dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Toit d'une maison dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Je continue encore et lève la tête sur des fleurs de cerisiers se découpant dans le ciel bleu.

Fleurs de cerisier dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Un peu plus loin, des mascottes posent avec les passants et plus particulièrement les enfants.

Festival des cerisiers dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Je me rapproche histoire de voir à quoi elles ressemblent…

Mascottes au festival des cerisiers japonais à Kakunodate

Et c’est sur cette touche de choupitude que je commence ma visite des maisons du quartier des samouraïs de Kakunodate !

Maison de la famille Odano

La première maison de samouraïs que je visite est celle de la famille Odano. Après avoir servi sous la famille Imomiya, ils devinrent membres du clan Satake. Auparavant employés pour leur compétence au combat, ils possédaient une salle d’entraînement qui jouxte la demeure. Le monde est bien présent mais l’endroit n’en reste pas moins magnifique avec cette atmosphère caractéristique de l’ère Edo.

Maison des Odano dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

La maison est d’ailleurs si grande qu’il est difficile de l’avoir en entier dans l’objectif une fois dans le jardin.

Toit de la maison des Odano dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

A l’intérieur, on retrouve des tatamis avec l’agencement des pièces de l’époque. Aucune explication en anglais alors je vous laisse faire travailler votre imagination !

Intérieur de la maison de la famille de samouraïs Odano à Kakunodate

Je capture quelques autres détails de la maison avant de laisser la place aux autres visiteurs.

Maison des Odano dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Poutres de la maison des Odano dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Maison de la famille Iwahashi

J’arrive ensuite à la seconde maison du quartier des samouraïs de Kakunodate qui n’est autre que celle de la famille Iwahashi. A l’origine membres du clan Ashina, ils prêtèrent allégeance à la famille Satake après la mort de leur clan originel. Cette demeure a été rénovée à la toute fin de la période Edo où on remplaça ses toits de chaume par du bois. Elle garde cependant l’architecture  typique des anciennes maisons de samouraïs de classe moyenne.

Maison des Iwahashi dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Elle possède elle aussi sa propre décoration boisée.

Toit de la maison des Iwahashi dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

De grosse pierres soutiennent les fondations et on peut même glisser du bois dans les interstices.

Maison des Iwahashi dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Maison de la famille Aoyagi

La visite de cette demeure était payante, et je décide de ne pas trop m’y attarder avec toutes les autres choses qu’il me reste à voir à Kakunodate. C’était autrefois une famille très puissante qui servait (elle aussi !) la famille Ashina. Néanmoins, après la mort du clan, la famille Aoyagi se retrouve (elle aussi encore une fois !) au service du clan Satake. A l’intérieur du manoir, on y expose des collections d’armes et d’œuvres transmises de génération en génération. Et le moins qu’on puisse dire c’est que l’entrée est imposante.

Entrée de la maison des Aoyagi dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Une longue chaîne reliée à la gouttière permet l’évacuation de l’eau.

Détail d'une chaîne dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Rien de plus de ce côté-ci, je continue mon chemin.

Maison des Matsumoto

Je passe enfin à la dernière bâtisse que j’ai eu l’occasion de visiter. Elle est mon véritable coup de coeur du quartier des samouraïs de Kakunodate. La rue que j’emprunte est beaucoup moins agitée, cette maison étant légèrement reculée des autres.

Rue dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

La famille des Matsumoto était associée au clan Imamiya et est venue dans la région d’Akita avec le clan Satake. Ce manoir est petit mais il a toujours son toit de chaume, conservant alors la véritable atmosphère d’une maison de samouraïs. De nos jours, l’itaya-zaiku traditionnel de Kakunodate qui est l’artisanat du bois d’érable est réalisé ici chaque année du printemps à l’automne. A l’entrée du manoir, des vendeurs exposent leurs créations qu’il est possible d’acheter à des prix raisonnables.

Maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Ce qui me frappe directement c’est la mousse abondante sur les bords du toit. Faut dire que j’apprécie particulièrement la photographier quand il fait beau.

Mousse du toit de la maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Mousses, branchages et écorces se mélangent.

Mousse du toit de la maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Les toiles d’araignées s’y entrelacent et brillent sous les rayons du soleil.

Mousse du toit de la maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Quelques branches d’érables et de cerisiers s’incrustent sur la photo en essayant de lui voler la vedette mais sans succès.

Maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Le toit de chaume est son plus grand atout, et c’est bien là ce qui la rend unique. Après tout, c’est la seule du quartier des samouraïs de Kakunodate à l’avoir conservé.

Toit de la maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Un dernier regard sur la maison des Matsumoto avant de continuer ma promenade.

Maison des Matsumoto dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Pssst, coucou ! Un bout de mousse m’appelle pour une ultime photo. Ne pensez surtout pas que j’entends des voix, c’est juste pour la narration.

Mousse dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Habitations du quartier des samouraïs de Kakunodate

Car cette partie de la ville ce n’est pas que des maisons inhabitées, j’en ai profité pour en photographier quelques-une qui m’ont particulièrement plu. C’est dans cette rue bordée de grands cerisiers que je pars à leur recherche.

Rue du quartier des samouraïs avec cerisiers de Kakunodate

Je prends le temps d’immortaliser quelques sakura sous un soleil brûlant.

Cerisier japonais dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Cerisier japonais dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

En continuant un peu, je croise une superbe maison qu’il n’est pas possible d’approcher ou de visiter. Il est donc fort probable que des personnes y habitent aujourd’hui. Je n’ose pas imaginer le prix d’acquisition d’une telle maison, mais clairement… je la veux.

Maison dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Je croise d’autres maisons plus classiques mais toujours avec la même architecture qui caractérise bien le quartier des samouraïs de Kakunodate.

Maison dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Avec les vélos sans anti-vol qui ne te font pas regretter la France de ce côté-là.

Maison du quartier des samouraïs de Kakunodate

Maison dans le quartier des samouraïs de Kakunodate

Ma balade finit finalement sur une petite touche frenchie. Comme quoi, même hors des très grandes villes nous sommes partout !

Panneau d'une boutique dans la ville de Kakunodate

Ma balade au quartier des samouraïs de Kakunodate se termine ici ! Je vous conterai la dernière étape de la ville et de mon weekend cerisiers japonais très prochainement, à très vite !

Merci à mon formidable Papa pour l’appareil photo ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *